Pratiquer le zen

« Où méditer à Paris » est un site qui vous apporte l'essentiel des informations utiles pour comprendre ce qu'est la méditation zen, comment elle se pratique et pour connaître les lieux les plus adaptés. Bonne lecture !

Une transmission depuis le Japon

Comment se mettre dans la posture de méditation assise - Zazen

Faire zazen consiste à choisir un lieu calme où vous ne serez pas dérangé. Placez un coussin confortable appelé zafu d’une hauteur de 10 à 20 centimètres, face à un mur ou à un décor qui n’entraîne pas de distraction. Asseyez-vous en lotus, en demi-lotus, en « birmane » ou en cas d’impossibilité à genoux sur un banc de méditation ou au sol, voire assis sur une chaise.

Découvrir le déroulement d'une séance de méditation zen dans un dojo

Un zazen se déroule généralement de la manière suivante :

· 30 à 45 minutes d’assise silencieuse et immobile.

· 2 à 10 minutes d’une marche lente ou méditation en marchant appelée Kinhin.

Les pratiquants marchent autour de la pièce en tenant leurs mains en « shashu » : le poing gauche fermé enserre le pouce, la main droite couvre le poing gauche.

Sur l’expiration, le pratiquant pousse les deux mains l’une contre l’autre et la racine du pouce de la main gauche appuie sur le plexus solaire.

Sur l’inspiration, le pratiquant avance d’un demi-pied. Chaque pas est effectué après une respiration complète.

· 30 à 45 minutes d’assise silencieuse et immobile.


Découvrir la posture de méditation assise du zen

Quelle est la posture à adopter ? Le dos de la main gauche est posé sur la paume de la main droite. Les pouces restent en contact sans forcer l’un contre l’autre. « Il faut pouvoir retenir une fourmi entre ses pouces sans l’écraser ni la laisser s’échapper. » Le tranchant des deux mains est en contact avec le bas-ventre. Le menton est rentré, la nuque tendue, le nez à la verticale du nombril, les épaules tombent naturellement. La bouche est fermée, l’extrémité de la langue est posée contre le palais et la mâchoire relâchée. Les yeux mi-clos, le regard se pose de façon détendue devant soi sur le sol. Peu à peu, la respiration devient calme, longue et profonde. Au début, l’attention peut être portée sur l’expiration en exerçant une légère poussée du ventre vers le bas. L’inspiration vient alors naturellement, sans effort. Ensuite, il s’agit simplement d’observer la respiration telle qu’elle est, sans la modifier : en y étant pleinement présent. Dans cette posture, le flux des pensées est interrompu par la simple attention portée à une juste tension musculaire et à la respiration.

L'état d'esprit de la pratique de l'assise zen - Zazen

Dans quel état d’esprit pratiquer ? Beaucoup de personnes pensent que la méditation consiste à « arrêter ses pensées ». Il n’est pas possible d’arrêter ses pensées. Par contre, il est tout à fait possible de laisser passer ses pensées c’est-à-dire : – d’accueillir les pensées qui ne cessent de surgir, – de les laisser repartir comme si elles glissaient sur la conscience, sans y plonger, sans s’y impliquer, sans les vivre de l’intérieur. Vous pouvez par exemple penser à votre emploi du temps de la journée mais sans approfondir : il s’agit de le regarder passer devant votre conscience de l’instant comme à travers une vitre, comme un nuage qui glisse dans le ciel. Vous constaterez rapidement qu’il n’est pas possible de maintenir cette posture mentale de manière continue pendant une longue période. Méditer consiste le plus souvent à revenir sans cesse à l’instant présent grâce à une alternance entre : – la concentration sur la posture et sur les parties du corps : mon dos est-il toujours bien droit, mes pouces en contact, mes sourcils détendus, mes membres au repos etc. ; – l’observation du mouvement des pensées sans y entrer ni participer à leur enchaînement.

Pratiquer seul à domicile ou pratiquer en groupe dans un centre

Faut-il pratiquer seul ou en groupe ? Tout d’abord, il est important de pratiquer régulièrement, quel que soit le rythme adopté (une fois par semaine, ou plus régulièrement encore). Ensuite, il est préférable de faire zazen avec d’autres pratiquants et surtout auprès d’un maître reconnu dans le cadre d’un dojo ou d’une sangha c’est-à-dire d’un groupe de disciples d’un maître. Pratiquer au sein d’un groupe permet d’éviter de dériver au gré de ses désirs ou de ses fantasmes autour de l’Éveil, de devenir le jouet de ses pensées tout en restant persuadé que l’on est bien « sur la Voie du Milieu »… et de finir par perdre son temps, ses repères voire son équilibre. Le groupe apporte une sécurité mais aussi une forte énergie pour pratiquer et maintenir la position le temps du zazen. De plus, il permet ensuite à chacun d’échanger sur son expérience de zazen et renforce une pratique véritablement « juste ».

Découvrir le lieu de pratique de l'association Seinezen présidée par Philippe Coupey

Pour plus d’informations Voir notre page http://ou-mediter.paris/decouvrir-dojo-zen/ Visitez le site de l’association Seine Zen, la sangha de Philippe Rei Ryu Coupey seinezen-paris.org ou zen-road.org